Serré mais combatif

avril 18, 2016

Les communes Françaises sont toutes confrontées à des difficultés financières d’une gravité exceptionnelle dans le cadre du plan d’économie de 11 milliards d’euros décidé par l’État jusqu’en 2017, soit une baisse cumulée 28 milliards de 2014 à 2017 des aides aux communes.

Cette contrainte budgétaire associée :

  • à la rigidité d’une partie de nos dépenses (exemple : les dépenses de personnel).
  • au transfert continu des charges de l’État (exemple : les TAP).
  • à l’inflation des normes.

nous conduit à des arbitrages budgétaires douloureux au détriment des services publics locaux et de l’investissement.

des conséquences inéluctables

Ainsi nos concitoyens doivent savoir que cette baisse massive et brutale des aides de l’État aura des conséquences inéluctables.

Pour notre village, la conséquence principale est liée aux dépenses de fonctionnement qui seront maitrisées, mais en diminution.

Cette décision nous permettra :

  • de ne pas augmenter les impôts.
  • de maintenir notre budget d’investissement, source d’emploi, grâce au contrat départemental qui nous apporte 80% de subventions.

Face à cette situation, nous devons nous mobiliser, car l’Etat ne peut diminuer d’un côté ses dotations et de l’autre, continuer à mettre en œuvre des transferts de charge.

Le congrès des Maires de France en juin à Paris sera l’occasion de tirer la sonnette d’alarme et de demander un réexamen du plan de réduction des dotations de l’Etat.
Il en va de l’avenir de nos Communes, de votre avenir, de celui de vos enfants.

Aidez-nous dans ce combat pour que nos dirigeants ne s’enferment pas dans des positions intenables après avoir eux-mêmes creuser le déficit de l’Etat, soit plus
2 000 000 milliards d’euros.

Nous ne devons pas payer pour eux.