La métropole n’est pas une fatalité

octobre 20, 2017

J’ai souhaité me rendre au lancement du 87ème congrès des départements de France qui s’est déroulé ce 18 octobre au Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône et ce pour en savoir plus sur l’avenir du nord du département dans le cadre de la fusion département – métropole.

Le résultat est enrichissant que ce soit par la voix du Président Bussereau, Président des départements de France ou par la voix du Président du Sénat Gérard Larcher présent à cette réunion, ou encore par celle de Jean-Claude Gaudin Président de la métropole, avec qui nous sommes en photo avec Laurent Geslin, le discours est toujours le même et les inquiétudes sont grandes.

Nos collectivités sont méprisées : en baissant systématiquement les subventions le gouvernement menace très sérieusement les services publics que nous ne pourrons bientôt plus financer.

Au gouvernement de faire des économies, au gouvernement d’écouter et d’entendre les élus locaux et leur volonté particulièrement dans les Bouches-du-Rhône afin de trouver un modus vivendi.

Trouver la voie du dialogue

Concernant plus particulièrement la métropole Marseillaise et le nord des Bouches-du-Rhône, des possibilités existent telles qu’elles ont été trouvées à Lyon, Toulouse, ou encore Paris pour éviter que nous soyons avalés et dirigés par une métropole qui se cherche.

C’est par le dialogue que la solution sera trouvée.

C’est comme cela qu’une politique de décentralisation efficace peut se faire à moins que le seul but de l’Etat soit de recentraliser ce que l’on a mis des décennies à décentraliser.

L’échelon du département comme celui de la commune sont pertinents, ils permettent de maintenir le lien social si distendu aujourd’hui au niveau national.

Ce congrès sera celui d’un dialogue retrouvé ou d’une guerre déclarée.

L’avenir du nord des Bouches-du-Rhône se jouera peut-être dans ces 3 jours. Nous ne pouvons rester spectateurs de ce débat, nous devons en être acteurs car c’est par une volonté déclarée unanime que nous ferons triompher nos propositions d’une solution intelligente émanant de la volonté des élus de terrain plutôt que de schémas abscons faits dans des bureaux parisiens par des fonctionnaires hors sol.

 

Jean MANGION
Maire de SAINT-ÉTIENNE DU GRÈS