METROPOLE ET DEPARTEMENT : UN CHOIX S’IMPOSE

février 20, 2018

Après les déclarations du Président de la République et de la ministre Jacqueline Gourault, il n’y aura pas un département et une métropole dans les Bouches-du-Rhône : la métropole englobera le département dans sa totalité, quoi qu’il arrive !

Partir ou rester ? 

En gros, c’est la question qui se pose à la Communauté de Communes Vallée des Baux-Alpilles et à l’ensemble des communes qui la constituent.

Partir, serait accepter d’intégrer le Vaucluse et la Communauté d’Agglomération du Grand-Avignon, le Pôle Rhodanien.

Rester, serait décider de demeurer dans les Bouches-du-Rhône, au sein de la métropole marseillaise qui aura alors intégré le département.

Les élus de Saint-Étienne du Grès font le choix de rester dans les Bouches-du-Rhône

Lors des questions diverses du dernier Conseil municipal, les élus Grésouillais ont été invités à se prononcer. A tour de rôle, chacun a pris la parole en toute liberté et le résultat est sans appel : c’est une très large majorité qui s’est prononcée pour demeurer dans le giron de la métropole marseillaise. Les raisons sont nombreuses, qui vont de la culture (taurine par exemple), aux usages, même si l’éloignement de la ville centre a pu faire débat.

Mais les élus Grésouillais ont aussi fait leur choix, en se basant sur trois chiffes : 655, 903 et 2,6.

 

655 millions d’euros, c’est le budget du Conseil Départemental de Vaucluse, 

903 millions d’euros, c’est celui du Conseil Départemental du Gard. Et le troisième est éloquent :

2,6 milliards d’euros, c’est le montant du budget du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône … éloquent !

 

Déjà, « Terres de Provence » a dit « NON » au Vaucluse ou au Gard. Désormais, la balle est dans le camp de la Communauté de Communes Vallée des Baux-Alpilles qui doit se prononcer prochainement.

Les Grésouillais eux, ont fait leur choix.

« Même si la ville de Marseille connaît des difficultés financières, il y a une richesse financière mais aussi structurelle qui nous attire et fait partie de notre ADN. Nous avons besoin d’intégrer une métropole riche, forte. Et nous devons constater que le Département, loin d’abandonner les communes rurales, nous apporte un soutien considérable pour nos investissements et nous permettre de requalifier le village. Ce n’est pas un pari, c’est un choix raisonné, raisonnable et constructif »

Jean MANGION
Maire de Saint-Étienne du Grès