PAS DE BREXIT POUR LE PAYS D’ARLES

septembre 12, 2019

Mardi 10 septembre, Jean MANGION, maire de Saint-Étienne du Grès, président du Parc naturel régional des Alpilles et Lucien LIMOUSIN, maire de Tarascon, vice-président du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, ont été reçus à l’Hôtel de Matignon par le cabinet du Premier Ministre.

Dans un premier temps, ils ont exposé aux conseillers du Premier Ministre les raisons de leur demande de réunion à Matignon. Ils ont rappelé le souhait de plus de 300 élus du Pays d’Arles de tout bord politique de s’engager pour construire avec les habitants du Pays d’Arles et avec Martine VASSAL, Présidente de l’actuel département des Bouches-du-Rhône et Présidente de la Métropole, une « Nouvelle Métropole » qui engloberait la totalité du département des Bouches-du-Rhône en soutenant que les destins des deux territoires étaient définitivement liés, pour préserver l’avenir du Pays d’Arles dans sa dimension sociale et économique.

Jean MANGION et Lucien LIMOUSIN ont rappelé que 21 maires et 26 élus du Pays d’Arles, conseillers régionaux, départementaux, sénateurs avaient signé leur engagement pour une « Nouvelle Métropole » qui engloberait le Pays d’Arles.
Ils ont précisé leur volonté d’intégrer une métropole qui n’est pas celle que nous connaissons aujourd’hui mais une métropole rénovée comme l’a souhaité le Président de la République qui a précisé concernant le cas d’Aix-Marseille que le rapprochement était pertinent, écartant par ailleurs le cas du département des Hauts-de-France et de Lille, ou de Clermont-Ferrand et celui du Puy-de-Dôme.

Lucien LIMOUSIN a présenté ce que nous attendons de cette « Nouvelle Métropole » :
} les compétences stratégiques, confiées à la métropole et les compétences de proximité dévolues aux communes,
} les finances, avec le maintien de ressources financières propres aux communes, la renégociation du pacte fiscal et le lissage de l’impôt,
} la gouvernance, en simplifiant le mille-feuille d’où découlerait un scrutin de liste, le tout accompagné d’une décentralisation des services administratifs de la Métropole comme le sont ceux du Département aujourd’hui.

Jean MANGION a ensuite présenté les études réalisées sur la fusion. Après une critique raisonnée de celle faite par le cabinet Klopser qui reste incomplète et donc non satisfaisante. Cette étude n’intègre pas le volet social et tout une partie des budgets départementaux.
Il a ensuite présenté l’étude de Roland RIZOULIÈRES qui n’a jamais été critique quant au fond et qui apporte la preuve de l’enrichissement qu’apporte la Métropole Aix-Marseille-Provence au Nord du Département, en particulier par le phénomène de « ruissellement », sachant que plus de 25 000 personnes quittent chaque jour le Pays d’Arles pour aller travailler dans l’actuelle Métropole, enrichissement qui sera source de richesse et d’avenir pour les générations futures.

Par ailleurs, Jean MANGION a plaidé pour une nouvelle stratégie d’organisation territoriale.
« Opposer la Métropole et la France périphérique montre clairement, a-t-il dit, que nous ne savons plus dire avec justesse ce qu’est notre territoire. Nous devons avoir une organisation adaptée à la société d’aujourd’hui. La distance n’a plus de sens à l’heure du numérique, on peut bouger dans un territoire en restant immobile. Les frontières administratives perdent de leur sens et du quartier à la métropole on doit fonctionner inter territoires pour conserver de la proximité avec notre métropole. Personne et aucune institution ne pourra nous voler notre culture, notre amour de la bouvine et nos traditions.»

Jean MANGION et Lucien LIMOUSIN ont ensuite confirmé :
• la position du Préfet de Région Pierre DARTOUT, à laquelle ils adhérent pleinement confirmant que le Pays d’Arles a beaucoup à apporter à la Métropole et réciproquement.
• le rapport du groupe dédié du Conseil de Provence qui propose une fusion par convergence.
• le rapport du CESER PACA qui estime la fusion souhaitable

Ils ont terminé leur propos en évoquant la déclaration de François LENGLET (l’économiste vedette de TF1 et LCI) qui résume la position des 21 maires du Pays d’Arles favorable à la fusion. Lors des 23èmes Trophées de l’économie, l’éditorialiste économique a répondu à la question « Comment percevez-vous Provence Alpes Côte d’Azur ? » par « C’est à mon sens une région qui s’en sort pas mal quand on fait la somme des produits intérieurs bruts depuis la crise (janvier 2009). On voit que c’est une région en croissance principalement grâce à sa Métropole ».

La messe est dite
Jean MANGION et Lucien LIMOUSIN sont sortis de cette réunion avec les membres du cabinet du Premier Ministre, Monsieur Eric JALON, conseiller pour les affaires intérieures et Monsieur Xavier CHINAUD, conseiller pour les relations politiques et relations avec les élus, confiants et réconfortés pour l’avenir du Pays d’Arles.